Skip to content

Categories:

Figure d’Argentine : Francisco « Perito » Moreno, un homme au grand coeur

Fransisco Pascacio Moreno est un naturaliste et explorateur argentin né à Buenos Aires le 31 mai 1852 et mort le 22 novembre 1919. Connu sous le nom de Perito Moreno (l’expert Moreno), il a eu une telle influence sur le pays qu’aujourd’hui un glacier, une localité et un parc national patagons portent son nom.

Source – Photo : pandrcutts

Sa vie

Très jeune, Fransisco s’intéresse à la paléontologie et à l’archéologie. Stimulé par les récits de voyages contés dans sa famille, il rêve d’explorer des terres inconnues. C’est à seulement 20 ans qu’il publie son premier papier à caractère scientifique. C’est pour cela qu’en 1872 il fait partie des membres-créateurs de la Sociedad Científica Argentina (SCA) et organise une série d’expéditions qui le rendront célèbre. Marié à María Ana Varela, il a 7 enfants, dont 3 meurent avant d’avoir eu 2 ans. Il a même réalisé une exploration au Chili avec sa famille.

Ses découvertes

Il explore tout d’abord le territoire du Río Negro en 1872 et en 1873. Deux ans plus tard, il arrive au lac Nahuel Huapi puis en atteint un nouveau qu’il baptisera Lac Argentin. Il continue sa route en Patagonie et découvre le fameux lac San Martín en 1877. La même année, il a découvert le Cerro Chaltén, qu’il a appellé Mont Fitz Roy. Au cours de l’un de ses voyages, il est capturé par les indiens Tehuelche et condamné à mort. Il parvient tout de même à s’échapper la veille de son exécution (!). Il explorera aussi les Andes du sud de la Bolivie et retournera en Patagonie.

Photo : Francisco « Perito » Moreno – Wikipédia

Son oeuvre sociale

Lors de ses voyages, il compte réaliser quelque chose qui lui tient particulièrement à coeur : se mettre en rapport avec les nations indigènes de Patagonie afin d’étudier leurs origines et leur histoire. Il inspire ainsi de nombreux hommes de science à travers le monde, qui décident de prendre ces populations indigènes comme sujet d’étude. Impressionné par la culture et les conditions de vie de ces peuples, il entreprend une humanisation des relations qu’ils entretiennent avec les Argentins. Pour cela, il dénonce les méthodes de « civilisation » utilisées sur les indiens et réclame la construction d’écoles et l’attribution de terres pour qu’ils puissent avoir une vie plus correcte.

En 1879, Perito Moreno fait don de sa collection personnelle de découvertes archéologiques, paléontologiques et anthropologiques à la province de Buenos Aires. Ce geste permettra l’ouverture du Musée Anthropologique et Ethnographique de Buenos Aires. Il se verra également offrir des territoires patagons dont il fera don d’une partie en 1903 afin de créer le Parc National Nahuel Huapi, premier Parc National Argentin. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est coutumier de l’appeler « le père des parcs nationaux« .

Il vendra le reste de ces terres pour une valeur de 200 000 pesos, qui lui permettra de réaliser un projet important : les Ecoles Patries (Escuelas Patrias). Ces lieux permettent de nourrir et d’éduquer de nombreux enfants venus des familles les plus pauvres. Il créera par la suite les Cantines Maternelles (Cantinas Maternales), qui sont en fait des garderies qui ont pour but d’aider les mères célibataires qui travaillent. Mais il ne s’arrête pas là! Il continue son oeuvre sociale en mettant en place, entre autres projets éducatifs, « La Obra Patria« , une institution ayant pour but d’aider les enfants de rues en leur offrant aide et éducation pour qu’ils puissent vivre dignement. Le 4 juillet 1912, il fonde l’Institut National des Scouts d’Argentine.

Sa bataille pour défendre les intérêts argentins

Il a eu un rôle important dans la défense des intérêts argentins lors de la détermination de la frontière avec le Chili. En effet, la délimitation prévue devait respecter les lignes d’eau, mais dans les faits, la frontière était plutôt définie de façon arbitraire. C’est lors de ce conflit qu’il a gagné son surnom de Perito Moreno (l’expert Moreno) car il était expert de ce conflit. Il s’est même rendu à Londres afin de demander l’arbitrage de la Reine Victoria à propos de ce conflit.

Hommages et récompenses

Pour ses contributions scientifiques, il est reçu Docteur Honoris Causa de l’Université de Córdoba en 1887. Membre de nombreuses sociétés scientifiques, il reçoit la Médaille du Roi Jorge IV en 1902. On donna son nom à un parc, à une localité et à un glacier. Sa dépouille a d’abord reposé au Cimetière de Recoleta et a, par la suite, en 1944, été transférée sur l’île Centinela, sur le lac Nahuel Huapi.

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Posted in Grands personnages argentins.

Tagged with , , , , .


À la Une de Clarín, La Nación et Pagina12 ce 23 septembre – Actualité

Clarín :

La Nación :

Pagina/12 :

Clarín, La Nación et Pagina 12

Posted in Actus Argentine, La Une.

Tagged with , , , , , , .


Air pur et grands espaces argentins

Jour 1 : Arrivée à Buenos Aires

Arrivée à l’aéroport international d’Ezeiza (Buenos Aires).
Transfert à votre hôtel.

Nuit à Buenos Aires.

Jour 2 : Journée libre à Buenos Aires

Nous vous suggérons une visite du centre historique.
Débutez votre parcours au mythique Café Tortoni que fréquentaient de nombreuses personnalités : entre autres le chanteur de Tango Carlos Gardel et l’écrivain Jorge Luis Borges.
Dirigez-vous ensuite vers la “Plaza de Mayo” où se trouvent le Cabildo colonial, la cathédrale et la Casa Rosada, siège de la Présidence.
Puis remontez la rue Florida et ses commerces avant de vous rendre sur l’avenue 9 de Julio, l’artère la plus large du monde. Vous la traverserez pour atteindre le célèbre Théâtre Colon qui a réouvert ses portes le 25 mai dernier.
Terminez votre journée par la visite de la place du Congrès.

Nuit à Buenos Aires.

Jour 3 : Journée libre à Buenos Aires

Nous vous suggérons une visite des quartiers populaires.
Visitez le Caminito et ses maisons multicolores au coeur de la Boca, avant d’entrer dans le stade mythique de Boca Juniors (la Bombonera).
Dirigez-vous ensuite vers San Telmo, le quartier des artistes et artisans, l’un des plus anciens et des plus “porteños” de la ville.
Terminez votre tour par un coucher de soleil sur les anciens docks réhabilités de Puerto Madero.

Nuit à Buenos Aires.

Jour 4 : Ushuaia

Vol Buenos Aires – Ushuaia.

La capitale de la Terre de Feu est entourée de nombreuses montagnes et pics enneigés atteignant les 1500m d’altitude, sur les bords du Canal de Beagle. Ville la plus méridionale de la planète, elle est la porte d’accès au Parc National de la Terre de Feu.
Depuis la fin du 19è siècle et jusque dans les années 1940, Ushuaia fut la ville où étaient enfermés les prisonniers politiques et les prisonniers de droit communs. Dans les années 50, elle s’est convertie en une importante base navale argentine.

Profitez de l’après-midi pour visiter la ville et vous imprégner de son atmosphère de bout du monde.
Déambulez entre les anciennes maisons coloniales puis visitez le musée du Bout du Monde (histoire de la fondation de la ville et des indiens Onas et Yamanas) et le musée de l’ancien pénitencier (reconstitution de l’époque où fonctionnait cette prison, anecdotes sur certains «résidents célèbres»).

Nuit à Ushuaia.

Jour 5 : Parc national de la Terre de Feu et Canal de Beagle

Le matin, départ pour le Parc National de la Terre de Feu. Créé en 1960, c’est l’espace naturel protégé le plus austral au monde. D’une étendue de 63 000 hectares, à 18 km de Ushuaïa, il est limité à l’ouest par le mont Olivia, au nord par la chaîne du Beauvoir et au sud par les falaises du Canal de Beagle.

Vous découvrirez la nature reposante de cette vaste étendue sauvage et apprécierez la flore et la faune uniques de cette région (renards, aigles, condors,etc…) avant d’atteindre le point le plus austral du pays : la très belle baie de Lapataia.
Dans l’après-midi, embarquez pour une navigation sur le canal de Beagle entre les montagnes chiliennes et argentines pour découvrir fjords, falaises, plages et admirer la concentration de la faune marine.

Vous approcherez l’île aux oiseaux (cormorans, pétrels, albatros) ainsi que l’île Lobos (colonie de lions de mer). Le fameux phare « Les Eclaireurs » marque la fin de la naviguation.

Nuit à Ushuaia.

Jour 6 : Lacs hors des sentiers battus

Excursion aventure accessible à tous, il s’agit d’un parcours en 4×4 vers le nord d’Ushuaia qui passe par les Vallées Carbajal et Tierra Mayor.
Vous traverserez la cordillère des Andes et longerez le lac Fagano sur 15 km de plage pour atteindre un charmant refuge entouré d’un bois millénaire.
Déjeuner et retour à Ushuaia en fin d’après-midi.

Nuit à Ushuaia.

Jour 7 : El Calafate

Vol le matin Ushuaia – El Calafate.
Transfert à votre hôtel.

Dans l’après-midi, départ en 4×4 dans les hauteurs de El Calafate.
Traversant les paysages désertiques de la steppe de Patagonie et les terrains d’estancias gigantesques (50 000 ha), vous atteindrez le sommet (1100m) qui offre une vue panoramique sur la cordillère des Andes et les eaux turquoise du Lac Argentin.
Par beau temps, vous apercevrez le Fitz Roy, les montagnes de Torres del Paine (Chili) et probablement les condors de la région.
Vous poursuivrez jusqu’à atteindre des paysages lunaires et désertiques qui s’apparentent à ceux de la vallée de la lune dans le Nord-Ouest.

Nuit à El Calafate.

Jour 8 : Navigation sur le Lac Argentin

Vous embarquerez à Punta Bandera sur un catamaran pour naviguer toute la journée sur le bras nord du Lac Argentin, le troisième plus grand lac d’Amérique du Sud dont une partie se trouve dans le Parc National Los Glaciares.

Après environ 2 heures de navigation, vous arriverez face au plus grand glacier du parc : l’Upsala. Son nom provient d’une ville suédoise, dont l’Université parraina, au début du 20è siècle, les premières recherches de glaciologie dans cette région d’Argentine.
Vous poursuivrez votre navigation entre les impressionnants icebergs qui se laissent couler sur les eaux tranquilles du lac. Puis vous approcherez l’imposant glacier Spegazzini qui glisse le long de la montagne du même nom avant de se jeter dans le lac argentin.

La journée se conclut aux pieds du front sud du Perito Moreno.

Retour à El Calafate.
Nuit à El Calafate.

Jour 9 : Glacier Perito Moreno

Départ pour le glacier Perito Moreno le matin.

Il se trouve dans le Parc National Los Glaciares, créé en 1937 dans le but de conserver et préserver les espaces naturels de cette région. C’est l’un des seuls glaciers au monde qui continue son avancée.
Pour parvenir au site, il faut contourner la “Péninsule de Magellan”, autour de laquelle se trouvent les différents bras du Lac Argentin : Bras Nord, Canal des Icebergs, Bras Rico et Bras Sud.

Sur place, vous profitez des passerelles pour jouir de différents points de vues (2,5km de front). Tendez l’oreille pour écouter le grondement sourd du glacier qui se déplace en permanence. Vous aurez probablement l’occasion d’observer d’immenses blocs de glace se détacher du glacier pour terminer dans le Lac Argentin.

Retour à El Calafate.
Vol de retour à Buenos Aires

Nuit à Buenos Aires.

Jour 10 : Journée libre à Buenos Aires et spectacle de Tango

Après le centre historique et les quartiers populaires, nous vous suggérons pour ce dernier jour une visite des quartiers élégants de la capitale.

Commencez par la Plaza San Martin avant de remonter par le quartier de Recoleta. Une visite du cimetière vous permettra de voir la tombe d’Evita. Puis allez flâner sur le marché artisanal de Plaza Francia pour acheter vos derniers souvenirs argentins (bijoux, vêtements gauchos, matés, objets divers en cuir).
Dirigez-vous vers Palermo, l’un des quartiers les plus charmants de la ville entre ses immenses parcs, ses boutiques et ses restaurants.

Le soir, vous découvrirez l’univers envoûtant du tango lors d’un dîner spectacle dans l’une des salles mythiques de la ville.

Nuit à Buenos Aires.

Jour 11 : Fin du séjour – Transfert Ezeiza

Temps libre à Buenos Aires.
Transfert à l’aéroport international d’Ezeiza.

Fin du séjour.

___________________________________________________

Vous souhaitez effectuer cet itinéraire au meilleur prix, ou construire un voyage sur mesure en Argentine ? Contactez l’Agence Equinoxe, spécialiste de l’Argentine depuis 1990 !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Posted in A voir - A faire, A voir - A faire, A voir - A faire, Bonnes adresses, Bonnes adresses, Idées voyage Argentine, Itinéraires en Argentine, Région des lacs - Patagonie du nord, Sud de la Patagonie et grands glaciers, Ushuaia et Terre de Feu.

Tagged with , , , , , , , , , , , , , .


Spécialités culinaires régionales d’Argentine : quels plats goûter?

Vous avez sans doute déjà entendu parler des spécialités nationales Argentine : milanesas, empanadas, parilladas (grillades en tout genre), medialunas, alfajores… Mais comme en France (voire plus), les provinces du pays ont une identité assez affirmée et ont chacune leurs spécialités culinaires !

Photo Pastel de choclo – Flickr Sesc em Sao Paulo

Spécialités culinaires du Nord-Ouest Argentin

De passage dans le Nord-Ouest Argentin ? C’est dans cette région dont la culture est proche de la Bolivie que l’on cuisine le plus « indigène«  et que l’on y savoure des plats bien épicés.

Que goûter dans cette région ?

Question salé, on vous conseille de goûter un pastel de choclo, plat à base de maïs très tendre et de viande (boeuf ou poulet) présenté sous forme de gratin. Ne ratez pas les saveurs des fameuses empañadas fourrées au fromage, à la viande et souvent agrémentées de piment, de maïs et d’oignons. Pour quelque chose de plus léger goûter à la soupe de Quinoa. Difficile de se passer de fromage, bons vieux français que nous sommes, profitez-en : le Nord-Ouest offre de très bons fromages de brebis. Puis en accompagnement, commandez un verre de chichaboisson à base de farine de maïs qui fermente dans des marmites de terre cuite (qui se boit aussi au Pérou).

Spécialités du Nord Tropical

Région du mélange des cultures, le Brésil, le Paraguay et l’Argentine ont influencé nettement les habitudes alimentaires du Nord Tropical.

Qu’est ce qu’on y mange ? Faîtes vous un bon déjeuner autour d’une grillade de zébu ! Et si vous êtes plutôt poisson, vous ne serez pas déçu: daurade, surubí, pacù…sont préparés en grillades ou au four! Essayez la « Mbeyù », galette frite à base d’amidon de tapioca des Indiens guaranis, à consommer avec du lait, du sel et du fromage. Pour digérer le tout, terminez avec de la Caña ou de la Cachaça, eaux de vie à base de canne à sucre.

Marchande de Chicha – Flickr Jean-Pierre Jeannin Latour

Spécialités de la Pampa

La spécialité du coin c’est la viande! Bœuf, agneau, lapin, on trouve de tout dans la Pampa!

Quelle type de viande manger et comment la préparer ? Cuisinez du lapin au vin rouge, délice garanti! Ou de l’ agneau à la braise en guise de déjeuner. Adepte de la comida rica, vous ne saurez plus où donner de la tête entre la charcuterie, les fromages de brebis et les spécialités italiennes et espagnoles du coin.

Pour le dessert, la cerise sur le gâteau vous attend, un macaron! Fourré de crème de lait et recouvert de chocolat ou de vanille, c’est bien dans la Pampa argentine que vous pourrez savourer ce délice sucré.

Spécialités des Andes

La région des Andes argentines, c’est surtout des vignes et de très bons vins (Mendoza, La Rioja, San Juan…). Toutefois, on y trouve aussi de bons petits plats.

Alors, avec quoi puis-je accompagné ma bouteille de vin ?  Dans cette région, vous trouverez surtout du veau à la braise, des soupes, empañadas, pastel de choclo et pastel de papas (sorte de hachis Parmentier) ainsi que l’excellent locro (sorte de cassoulet à base de maïs).

Photo : Locro – Wikipédia

Spécialités de la Patagonie et de la Terre de Feu

Bienvenu au pays du mouton! La Patagonie est la principale région d’élevage de cet animal, par conséquent, vous ne serez pas surpris d’en trouver fréquemment dans votre assiette. Le mouton se mange farcie en palette ou rôti. Située sur la côte atlantique, la Patagonie donne aussi aux amateurs de poissons et fruits de mer de quoi se remplir le ventre!

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Posted in Culture et société argentine, Gastronomie et vins argentins, Portrait de l'Argentine, Régions d'Argentine.

Tagged with , , , , , , , , , , , .


À la Une de Clarín, La Nación et Pagina12 ce 22 septembre – Actualité

Clarín :

La Nación :

Pagina/12 :

Clarín, La Nación et Pagina 12

Posted in Actus Argentine, La Une.

Tagged with , , , , , , .


[AGENDA CULTUREL] : La Buena Onda du 19 au 26 Septembre 2014 à Buenos Aires

Soleil et chaleur nous attendent ce weekend ! Idéal donc pour sortir se cultiver, s’amuser, se régaler ou encore faire du sport ! Trêve de bavardages, voici notre agenda culturel de la semaine.

Photo Avenida 9 de Julio –  soyalexreyes.com

[BALADES ET VISITES GUIDÉES]

Blog do Milton Jung

> Balades à vélo Samedi 20 septembre et dimanche 21 septembre Visitez la ville en deux roues, sur des vélos électriques. Attention, la visite se fait soit en espagnol, soit en anglais, soit en portugais. De plus, les enfants ne sont pas admis. (Coût: 70 ARS)

Départ du Planetario à 10h30, et à 12h30 pour la visite des parcs et des monuments. Départ du Planetario à 14h30 et 16h30 pour la visite des parcs et musées

Inscriptions : turismoendosruedas@buenosaires.gob.ar

> Visites guidées de Buenos Aires Bus touristique de Buenos Aires : faire le tour du grand et beau Buenos Aires en 23 lieux phares. Direction Palermo, Recoleta, la Boca et autres lieux touristiques immanquable en faisant un grand tour de la capitale en 3h30 ! Départ Avenida de Mayo toutes les 20 minutes, tous les jours de la semaine. Infos et reservations : buenosairesbus.com

[FERIAS et FESTIVALS]

>Vivi Franciamarché français, samedi 20 septembre, de 10h à 17h sur la Plaza Cataluña, nostalgique de la nourriture française ? Foncez à ce marché  organisé dans le cadre de Vivi Francia ! Fromages, vins, et plats typiques de l’Hexagone vous y attendront ! Le marché devait se tenir la semaine dernière mais a été reporté à cause du mauvais temps. 

Photo : Vivi Francia

> Feria de Mataderosfestival folklorique à absolument faire une fois, tous les dimanches, de 11h à 20h. Av. Lisandro de la Torre et Av. de los Corrales – Mataderos

> PM Open Air [Avant-Première], Vous ne savez pas quoi faire de votre samedi après-midi ? Vous êtes d’humeur fêtarde ? Ça tombe bien, demain c’est le PM Open Air : Bières, Ping pong, babyfoot, DJs à gogo qui vous feront vous déhancher comme jamais et le tout dans le magnifique cadre des Terrazas del Este. Le tout est organisé par l’association BAIS.
Où et quand ? Aux Terrazas del Este, Punta Carrasco 1034,  samedi 20 Septembre à partir de 15h.
Prix : Gratuit avant 16h45 si vous vous inscrivez ici !

 

[THÉÂTRE - SPECTACLE]

Photo : Mephistofeles

> Stravaganza Tango, Stravaganza est une troupe dirigée par Flavio Mendoza qui proposent des spectacles grandiose et originaux. Alliant danse, musique, humour et acrobaties en tout genre, Stravaganza vous plongera dans l’univers du tango et de l’amour, de manière énergique et originale.
Où et quand ?  
Teatro Broadway, Av. Corrientes 1155, vendredi 19 et samedi 20 septembre à 21h, dimanche 21 à 20h.
Prix : à partir de 250 AR$. Plus d’info ici !

>Fuerza Bruta, Spectacle à vous couper le souffle et reconnu mondialement! Show à 360 degrés, dans les airs et si vous avez un peu de chance, vous vous ENVOLEREZ avec l’un d’entre eux … On n’en dit pas plus !
Oú et Quand ? Vendredi 22 à 20h30 et 23h30 – Samedi 23 à 19h et 22h  et Dimanche 24 17h et19h30. Rendez vous à Recoleta – Junin 1930
Prix : à partir de 160 ARS (selon heure et jour) Toutes les infos ici !

 

[ CONCERTS ] 

Photo : Ticketek 

> Concierto de Ariel Chato Cruz, Venez découvrir la musique folklorique du nord-ouest argentin au cours du concert d’Ariel Chato, un génie du chant et de la guitare.
Où et quand ? Espacio Cultural Marcó del Pont, Artigas 202, samedi 20 septembre de 20h30 à 21h30.
Prix : Gratuit.

 Siberian Virtuosi, Amateur de musique classique, laissez-vous tenter par cette petite troupe de musicien sibérien. Composée de onze violonistes et d’un pianiste, la troupe originaire de Yakoutie en Sibérie est dirigée par Stanislav Afanasenko et reprendra des classiques de Mozart, Strauss, Brahms ou encore Haendel.
Où et quand ? Au Theatro El Circulo, Santa Fé, Rosari, Laprida 1235, jeudi 25 septembre à 20h30.
Prix : à partir de 150 AR$ Toutes les infos ici !

> Joe Satriani, Bon, on prend un peu d’avance ici, puisque le concert a lieu la semaine prochaine mais pour être sûr que les amateurs ne ratent pas la légende du rock, on vous en parle dès maintenant. Inutile de présenter Joe, un seul commentaire, le show s’annonce grandiose.
Où et quand ? Au Teatro Gran Rex, AV Corrientes 857. Samedi 27 septembre à 21h30 et dimanche 28 à 20h.
Prix : À partir de 300 AR$ Plus d’info ici !

[EXPOSITIONS - SPORT]

Photo : Facebook 

>Copa Argentina: Banfield VS. Huracán, Pour les fans du ballon rond, vous pouvez apprécier un bon petit match en attendant le classico River vs Boca Jr. le 5 octobre !
Où et quand ?  Gavilan 2115, jeudi 25 Septembre à 16h.
Prix : à partir de 90 AR$. Plus d’info ici !

> Le Parc, lumière : Si vous n’avez pas encore visité le MALBA (musée d’art contemporain), vous pouvez actuellement en profiter pour faire d’une pierre deux coups ! En effet, en plus de la collection permanente, en ce moment, est exposée une sélection des meilleures oeuvres de l’artiste Le Parc. Originaire de Mendoza, il est célèbre pour ses jeux de lumières qui fascineront les petits comme les plus grands !
 et quand ? Au MALBA, Av. Pres. Figueroa Alcorta 3415, jusqu’au 6 octobre.
Prix : le prix de l’entrée au musée, 50 AR$  (25AR$ pour les étudiants)

Passez une excellente semaine !

Posted in A voir - A faire, Agenda culturel, Culture, Sorties, Sorties à Buenos Aires et alentours, Sport.

Tagged with , , , , , .


A voir, à faire absolument en Argentine : découvrir la Puna de Catamarca

Moins visitée que Salta et Jujuy, la Puna de Catamarca est une destination qui mérite vraiment une visite. En réalité, ce que l’on appelle la Puna – ou Ecorregión Puna – est une région naturelle de l’altiplano, qui s’étend du sud du Pérou au nord de l’Argentine et du Chili. C’est surtout l’altitude qui délimite la Puna en lui conférant un climat et une géologie si particulière puisqu’elle s’établit au dessus de 3500 mètres d’altitude, donc au dessus des zones boisées, et en dessous de 4800 mètres, donc en dessous des zones enneigées. La végétation est par conséquent plutôt sommaire, se résumant à des hautes herbes et des arbustes ci et là, bien que la partie péruvienne soit un peu plus fournie.  

Photo : Cono de Arita dans le salar de Arizaro, province de Salta – Wikipédia

Depuis la capitale de la province de Catamarca (San Fernando del Valle de Catamarca), il y a 500 km jusqu’à la Puna, région haute de la Cordillère des Andes.

Dans cette région, vous aurez peut-être la chance de rencontrer des lamas (llamas en espagnol), des guanacos, des alpagas, des vigognes sauvages, de même que des condors andins ou des flamants roses.

Les habitants de la région cultivent la pomme de terre, la maca, et l’orge. Ils élèvent le lama et ses cousins pour leur laine, mais aussi dans certaines zones de la Puna des chevaux, des ânes et des moutons. Le feu est utilisé pour améliorer la fertilité des terres, mais il représente aussi une menace l’été, d’autant plus que le phénomène de désertification progresse.

Le paso San Francisco

L’itinéraire idéal passe par le village de Hualfín, puis par la réserve Laguna Blanca, où vit une des plus grandes colonies de flamants roses du monde. Enfin, il traverse les villages de El Peñon et Campos de Piedra Pómez, avec leurs imposantes formations rocheuses rouges, ocres et jaunes qui dépassent les 50 mètres.

Il est aussi possible de continuer afin de visiter Dunas Blancas (dunes blanches) et de poursuivre jusqu’à Antofagasta de la Sierra, zone comportant plus de 220 volcans, pour terminer par la Quebrada Seca.

Et pour les plus curieux, découvrez ici une petite vidéo concocté par TV Catamarca :

Image de prévisualisation YouTube

Vous souhaitez tenter l’aventure et découvrir la Puna de Catamarca, planifier un voyage sur-mesure en Argentine? Contactez Equinoxe, spécialiste du voyage en Argentine !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Posted in A voir - A faire, Itinéraires en Argentine, Nord-Ouest et Chaco.

Tagged with , , , , , , , .


À la Une de Clarín, La Nación et Pagina12 ce 19 septembre – Actualité

Clarín :

La Nación :

Pagina/12 :

Clarín, La Nación et Pagina 12

Posted in Actus Argentine, La Une.

Tagged with , , , , , , .


Général José de San Martín

José de San Martín est un général argentin né le 25 février 1778 à Yapeyú (province de Corrientes).
Surnommé ici en Argentine « El Libertador » et considéré comme le grand héros national, c’est l’un des principaux acteurs, avec Simon Bolívar et Bernardo O’Higgins, des prises d’indépendance sud-américaines. Retour sur sa vie en quelques étapes clés :

1) Jeunesse en Europe

Né en Argentine, San Martín passe sa jeunesse en Espagne. Il commence en 1789 une carrière militaire dans le régiment de Murcia et part combattre quelques temps en Afrique. Il obtient ses premiers faits d’arme et monte en grade en combattant le Portugal, l’Armée Révolutionnaire française puis l‘Armée Napoléonienne lorsque cette dernière envahit la péninsule en 1808.

Devenu Capitaine, il obtient de nombreux contacts par le réseau franc-maçon dont il fait partie et intègre une loge secrète complotant pour la libération des pays d’Amérique du Sud (Logia de los Caballeros Racionales). Il passe quelques temps à Londres en  1811 et prépare son retour en Amérique Latine.

2) Retour à Buenos Aires

Il rentre en Argentine en 1812 et ne se consacre plus qu’au mouvement indépendantiste. Il commande un groupe de cavalparticipe alors activement à la libération de plusieurs pays d’Amérique du Sud, alors possessions espagnoles.

Général José de San Martín

3) La bataille de San Lorenzo

C’est cette bataille qui propulse San Martín au rang de héros national et à la tête d’une armée de libération.

En janvier, on apprit à Buenos Aires qu’une escadre royaliste, dirigée par le corsaire Rafael Ruiz et le capitaine Juan Antonio Zabala, s’apprêtait à débarquer. Le 28 janvier, le triumvirat ordonna au colonel San Martin de protéger les côtes du Parana du débarquement royaliste. San Martín et ses grenadiers suivirent la progression de la flotte ennemie qui comptait 11 navires et environ 300 soldats. Les navires jetèrent l’ancre à San Lorenzo, petite ville située à 25 km au nord de Rosario et les Espagnols échangèrent des coups de feu avec les troupes de Caledonio Escalada, commandant militaire de la cité.

C’est dans la nuit du 2 février que les grenadiers de San Martin arrivèrent et se cachèrent dans le monastère qui dominait la ville de San Lorenzo. Au matin du 3 février les barques de l’expédition royaliste touchèrent terre et les Espagnols montèrent la falaise. La victoire fut acquise en quelques minutes. Les royalistes s’enfuirent par la falaise en abandonnant des armes, canons, fusils ainsi qu’un drapeau. La flotte vaincue s’en retourna à Montevideo et ne revint jamais sur le Parana. San Martin fit un retour triomphal à Buenos Aires.

Photo : Bataille de Maipu, pendant la reconquête du Chili – Wikipédia

4) Le libérateur

S’en suit la plus riche période de la vie de José : la campagne de libération des nations d’Amérique du Sud. Le territoire de l’Argentine est alors plus ou moins libéré et entre les mains des révolutionnaires, mais le roi d’Espagne, Ferdinand VII est de retour sur le trône en Europe suite à l’exil forcé de Napoléon et il a envoyé une immense armée en Amérique du Sud pour reconquérir les territoires rebellés. Le temps joue donc contre San Martín qui doit fortifier les positions du Sud avant que l’armée espagnole royaliste débarquée au Nord du sous-continent ne mate tous les courants révolutionnaires (Bolivar, O’Higgins).

Suite à quelques victoires et défaites mineures dans la région du Nord-Ouest Argentin, San Martín décide de lancer une grande offensive. Accompagné d’une armée de 5000 hommes, appelée l’armée des Andes, il traverse les Andes en 1817 et remporte deux batailles décisives contre les royalistes, à Chacabuco et à Maipú, assurant ainsi l’indépendance du Chili. Il se dirige ensuite vers le Pérou et à Lima, qui avait déjà été évacuée par l’armée espagnole, il proclame l’indépendance du pays en 1821.

5) Exil et mort

Cible de certaines personnalités et dégouté de la rivalité qui se crée entre fédéralistes et unionistes, San Martín décide de s’exiler en Europe en 1824. Il passe alors de nombreuses années avec son unique fille, Merceditas et meurt le 17 août 1850 en France, dans la petite ville de Boulogne-sur-Mer.

Photo : Mausolé de San Martín – Flickr Maxtdf

6) De nos jours

Il est maintenant honoré et respecté, particulièrement en Argentine, car on le considère comme un des héros des indépendances sud-américaines. Les places, rues et statues en l’honneur du personnage se comptent par dizaines dans toute l’Amérique du Sud.

Si vous voulez en apprendre plus sur San Martín et observer ses reliques, nous vous conseillons de visiter le MHN, le Museo Historico Nacional. On l’a visité, n’hésitez pas à découvrir nos impressions dans cet article.

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Posted in Grands personnages argentins, Histoire argentine.

Tagged with , , , , , .


Zoom sur la Casa Rosada, siège du gouvernement

La Casa Rosada (Maison Rose) est le siège du Pouvoir Exécutif d’Argentine. Elle est située au centre de la ville de Buenos Aires, dans le quartier Monserrat, face à la Plaza de Mayo et arbore une surprenante couleur rose, soulignée par les éclairages rose vif qui s’allument dès la tombée de la nuit.

Photo : Wikipedia

Histoire et Architecture

C’est logiquement au coeur de la ville que se situe le siège du pouvoir exécutif de Buenos Aires. Un lieu stratégique par tradition puisqu’en 1594 déjà, s’y trouvait la forteresse royale de Don Baltasar d’Autriche, au sommet des berges du Rio de la Plata.
Modifiée au cours des siècles, elle devient le castillo de San Miguel en 1720, mais garde une architecture rustique, avec ses quatre tours et son pont-levis.
Après la révolution de 1810, le président Rivadavia lance une rénovation et remplace l’entrée par une porte néoclassique.
De cet édifice ne subsiste quasiment rien, puisqu’il fut détruit pour y construire, dans les années 1850, le siège du gouvernement, que le président Domingo Faustino Sarmiento ordonne de peindre en rose. D’après la légende, il souhaitait ainsi symboliser l’union des deux partis qui s’opposèrent pendant plus de 50 ans : le rouge des Fédéralistes et le blanc (ou bleu pâle) des Unionistes.

La Casa Rosada vue de nuit – blmurch

Quelques années plus tard, il commande à l’architecte suédois Carlos Kihlberg le palais des Postes sur la partie du terrain restée libre. Une idée qui eut pour conséquence de laisser l’autre bâtiment décrépir et donc devenir inapte à accueillir le plus haut degré de prestige du gouvernement. Un autre architecte suédois, Enrique Aberg, est donc chargé de rénover l’édifice, et en 1884, le président Luis Saenz Pena commande à l’Italien Francisco Tamburini de réunir les deux bâtiments.

Ces interventions successives ont ainsi créé un ensemble architectural d’une étonnante variété de styles, combinant des éléments de diverses origines : façade italianisante, loggias, mansardes, fenêtres…

C’est au balcon de la façade principale que le couple Perón (Juan et Evita Perón) faisait ses discours aux foules et c’est de ce palais que le président De La Rua a piteusement fui en hélicoptère en 2001.
Aujourd’hui, ce joli palais de style italien reste le siège du gouvernement. Cristina Kirchner s’y rend presque chaque jour depuis la résidence d’Olivos via un hélicoptère qui se pose sur une plateforme aménagée sur le toit.

Photo : Andres Tarrio

Visites

Visites gratuites et guidées les samedis, dimanches et jours fériés, de 10 à 18 heures, en espagnol, portugais et anglais.

La visite permet de revivre les grands moments de l’histoire argentine.
Les « Granaderos’’, en costume traditionnel, accueillent les visiteurs dans le hall d’entrée et leur font découvrir les richesses de cet édifice au centre de la vie politique argentine. Au rez-de-chaussée, on passe devant le surprenant ascenseur présidentiel et sa banquette en velours. On découvre ensuite le patio d´honneur, avant de suivre les tapis rouges jusqu’au premier étage. Un salon est alors dédié aux femmes argentines ayant marqué l’histoire du pays. Dans les Salons Blanc, Nord et Sud, on découvre les lieux où les traités internationaux furent signés et où les cérémonies de passation de pouvoir se tinrent. La visite se termine dans le hall d’honneur à damiers, salle des bustes des anciens présidents.

Le Salon Blanco que vous pourrez admirer pendant votre visite – wikipedia

On peut également assister à la relève de la garde.

Dans le sous-sol du bâtiment, se trouve également le Museo de la Casa de Gobierno, crée en 1957. Il présente les différents présidents argentins à travers des objets personnels et officiels. Cette visite permet de connaître un peu plus de l’histoire mouvementée de l’Argentine.
Visites du Lundi au Vendredi de 10h à 18h et le Dimanche de 14h à 18h.

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Posted in A voir - A faire, Buenos Aires : Capitale, Histoire argentine, Portrait de l'Argentine, Régions d'Argentine.

Tagged with , , .