Skip to content


Le saviez-vous? en 2010, les Argentins ont fêté « le jour national du couillon »

On le dira jamais assez « ils sont fous ces argentins! »

On reconnait là l’humour féroce des argentins, surtout à l’égard d’eux-mêmes. « Comment se suicident les Argentins ? », demande une blague locale, « En se jetant de leur ego ». Ils sont les rois du second degré et ils le prouvent encore une fois en organisant, le dimanche 27 juin 2010, le « Jour national des couillons ».

Placas Rojas

Le principe

Le mot «  » n’est pas dans le dictionnaire de « la Real academia española » mais bien dans la rue, il fait partie d’une longue liste de mots appartement au lunfardo, « Che, Boludo ! » (argot argentin), nous le traduisons par « couillon » parce que ce terme a une tonalité plus affectueuse et un peu d’auto-dérision, et que dans cette affaire du  » Dia nacional del boludo « , c’est de cela qu’il s’agit.

Ils étaient nombreux à participer à ce « Dia nacional del boludo ». Le site Web de cet événement, DiaDelBoludo.com (qui aujourd’hui n’existe plus) , rassemblait déjà près de 30 000 adhésions quelques jours avant l’événement.

On pouvait y lire de nombreux témoignages de citoyens qui racontent qu’ils sont des « boludos » parce qu’ils ont payé leurs impôts à l’heure juste avant un moratoire, ou encore qu’ils ont déposé des dollars à la banque et qu’on leur a rendu des pesos, ou encore qu’ils ont crié lors d’une manifestation vers l’an 2000 « Que se vayan todos » (qu’ils s’en aillent tous) et les politiciens sont toujours là, et toujours au pouvoir.

« Respecter les autres est une stupidité »

L’appel de leur site Internet disait :

« Nous sommes une nation de couillons. Des millions de rêveurs qui aspirent à vivre en paix, à édifier un avenir prospère et une société équitable. Cependant, les “petits malins” nous démontrent chaque jour que croire aux promesses, respecter les autres, agir dans le cadre des lois, est une stupidité. Quelque chose que ne font que les imbéciles, les ringards… “los boludos”. » Faisant largement référence aux politiciens du pays.

« La flamme sacrée du couillon argentin brûle en nous »

Même si cette manifestation est perpétrée avec humour, elle est également l’expression d’un ras-le-bol à l’égard du système politique et de la société argentine où la roublardise, la combine et les petites manigances entre amis sont la norme, où la corruption est un sport national, et l’honnêteté l’objet d’étonnement.

Aujourd’hui, les couillons disent « basta », ça suffit. L’appel lance :

« Soyons fiers de faire les choses comme il se doit. Défendons les gens honnêtes, les braves types, les bons citoyens, l’idée d’un pays solidaire et fraternel… Soyons fiers qu’en chacun de nous brûle la flamme sacrée du couillon argentin. »

Voici une vidéo (en espagnol) de présentation:

Cet article vous a plu? Vous aimerez aussi…

Posted in Actus, Buenos Aires : Capitale.

Tagged with .


No Responses (yet)

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.