Skip to content


Le graffiti à Buenos Aires : Un art comme les autres ?

Le graffiti est un de rue, souvent controversé, qui consiste à dessiner sur les murs. Cet art existe depuis longtemps mais, à Buenos Aires, il s’est très largement développé suite à la crise économique et sociale de 2001. A cette période on pouvait voir inscrit sur les murs de la capitale ce fameux message : « Qu’ils s’en aillent tous« . Un message des manifestant réclamant la démission des membres du gouvernement jugés incompétents. Vous l’aurez compris, le est un moyen d’ populaire dont le but est de faire passer un message fort en dénonçant ou au contraire en soutenant, mais toujours avec une subtilité qui prend souvent la forme d’un humour satirique et anticonformiste. Par ses oeuvres graphiques sur les murs de la capitale, Buenos Aires prend des allures de musée à l’air libre. En effet, plusieurs agences et entreprises vous proposent désormais une visite guidée des plus beaux graffitis de la capitale.

 Graffiti, Palermo soho

Graffiti, Palermo soho – Photo : Flickr

Evolution historique du graffiti à Buenos Aires

Très fortement réprimé pendant la dictature militaire de 1976 à 1983, le street Art est aujourd’hui, d’un point de vue juridique, illégal mais très peu condamné. Il est bien plus toléré et même parfois encouragé par les autorités publiques ainsi que les résidents ! Que s’est-il passé pour en arriver là ?

La crise de 2001 ! C’est la date à laquelle on commence à observer l’essor du notamment en Argentine. Les protestations contre les responsables de la crise se multiplient et le apparaît alors comme un canal très efficace de l’expression du peuple. En effet, difficile de ne pas remarquer ces grandes fresques hautes de 5 mètres sur les murs de la capitale Argentine. Ainsi à la portée de tous elles se sont petit à petit, depuis 2001, fondues au décor de la ville. Mais les graffitis sont éphémères : ils peuvent être recouverts de peinture, d’un autre graffiti ou encore endommagés par les intempéries. Le street art de Buenos Aires est en cela une discipline à la fois puissante, par son évidence visuelle, et en évolution constante, par son caractère éphémère.

Le Graffiti : Un Art conscient

Le graffiti fait maintenant partie des diverses formes d’art en Argentine et ce, à part entière. Longtemps considéré comme étant un acte de vandalisme, certains adeptes se sont débrouillés pour en faire cependant un art respectable. C’est la voix de la masse, une façon de transgresser les règles ou de crier haut et fort un fait ou un mécontentement général, à priori. Il sert par ailleurs pour plusieurs de toile grandeur nature, de lieu pour laisser libre court à l’imagination, à la créativité. Il est un art visuel qui offre beaucoup de visibilité et une manière bien particulière d’afficher un désir d’être subversif et coloré. Ce côté subversif que l’on retrouve dans une grande partie de la culture urbaine permet avant tout de dénoncer, souvent un fait ou une opinion politique à laquelle une partie de la population n’adhère pas.

Le graffiti ci-dessous par exemple, de manière subtile, adresse une a la société de consommation en montrant un homme qui vit de son business grâce aux déchets des consommateurs.

 Tu basura es mi tresor

Tu basura es mi tresor – Photo : Wikipédia

Le 28 juillet 2015 l’OBS titre « A Buenos Aires, le street art s’attaque au vandalisme de rue« . Le Magazine nous décrit un immeuble du quartier populaire « Tres de febrero » en banlieue de Buenos Aires : « Un immeuble entaché de graffitis indéchiffrables ». Dans cet immeuble, les résidents n’ont pas assez d’argent pour faire repeindre le mur, ainsi ils ont décidé de faire appel à Andrés Rotundo Fraga, un amateur confirmé, pour dessiner par dessus les semblants de graffitis préexistants. Son graffiti va donc répendre l’art et la culture dans un lieu public, selon les résidents qui lui ont donné leur accord.

Plus largement, pour encourager les œuvres urbaines, la ville de Buenos Aires dépense 60.000 USD par an, confie Patricio Di Stefano, sous-secrétaire de l’espace public pour Buenos Aires. Ainsi dans la capitale Argentine le graffiti est de plus en plus considéré comme un art, une culture comme les autres, en plein espace public.

Pour les curieux …

  • Faites une visite guidée des plus beaux graffitis de Buenos Aires ! ce tour de « Arte Callejero » -art de rue- vous est proposé par Graffitimundo. Cette visite de 3h en passant par les quartiers de Colegiales, Chacarita, Villa Crespo et Palermo, va vous en faire connaitre bien davantage sur l’histoire de la culture street art à Buenos Aires. Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site
    L’agence BA street Art vous propose le même service. Voici leur site.
  • Iniciez vous au Street Art avec des ateliers organisés par Graffitimundo ! Pendant 4h, vous profitez d’un discours sur l’histoire du street Art à Buenos Aires, puis c’est à vous de créer votre chef d’oeuvre !
  • Visitez et/ou achetez des oeuvres de street art sur toile à la union gallery : C’est une galerie créée en mars 2014 par Graffitimundo, dans le but de donner de la visibilité aux oeuvres des artistes urbains sud-américains.
    Où ? Costa Rica 5929 à Palermo.
    Quand ? Seulement sur réservation sur leur site.De même allez faire un tour du côté de la galerie Hollywood in Cambodia, galerie d’art fondée en 2006 et située dans un bar de Palermo, le Post street bar. Plus d’infos sur leur site.
    Où ? Thames 1885, 1er étage, Palermo.
    Quand ? Du jeudi au dimanche de 17h à 21h.

Tous à vos appareils photos, allez arpenter les rues de Buenos Aires, les graffitis sont éphémères !


Cet article vous a plu ? Consultez également :

Posted in Arts et architecture, Traditions.

Tagged with , , , , .


No Responses (yet)

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.